Sélectionner une page
www.rabat-maroc.net

Rabat de Lyautey à Mohammed VI

portail de Rabat, tourisme, histoire et culture

Quartier de la médina : Boulevard El Alou

Aussi bizarre que cela paraisse, le boulevard El Alou fait bien partie de la médina. Certes, c’est bien ici dans cette élégante artère que se sont installés dès le début du XXème siècle les colons européens venus s’installer à Rabat, mais il constituait en fait la délimitation entre la kasbah tenue par les Hornacheros et la médina occupée les Morisques Andalous venus d’Estramadure qui ont, véritablement, créé la médina dans la mesure où avant leur arrivée, la médina n’était constituée que de quelques maisons occupés par les waqqasa (Oukassa), familles de marins établis dans l’estuaire du Bouregreg. Bab El Alou veut dire “porte de l’hauteur” en arabe.
Au débouché de cette voie vous trouverez de nombreuses petites rues qui vous vous faire pénétrer au coeur de la médina. C’est dans ces quartiers hauts de la médina que s’installèrent les premiers occupants de la médina au XVIIème siècle.
Le château de Moulay er-Rachid (ex-prison el-Alou) : construit entre 1666 et 1671, ce château se trouve dans la partie haute du cimetière el-Alou, à proximité du boulevard du même nom. Sa situation, nettement en retrait du rivage et sur la hauteur, s’explique probablement par le fait qu’il devait être destiné non seulement à contribuer à la défense de la ville contre une attaque venant de l’océan, mais aussi à surveiller la qasbah.
On s’aperçoit que la petite et élégante mosquée Sidi Fatah a changé de couleur, de blanche, elle est devenue ocre au gré d’une rénovation. Depuis le règlement général de voirie et de construction de la Ville de Rabat daté du 8 janvier 1919, les enduits des murs devaient être réalisés à la chaux blanche et les devantures en bois des magasins ainsi que les rideaux métalliques devaient être peints en bleu, les façades des constructions des habitations de la médina devaient être blanches.
Désormais, pour la composition urbaine et architecturale, les couleurs des façades doivent s’inspirer des couleurs des médinas et quartiers traditionnels et rester dans des tons clairs : blanc, crème, ocres pales ou moyens. Fini aussi pour la décoration des portes et volets l’utilisation ponctuelle de couleurs vives. L’état précédent de la médina risque donc dans les années futures d’être profondément modifiée.

Pin It on Pinterest

Shares

Share This

Partagez cette page avec vos amis...